Déposez votre annonce gratuitement
Nord Pas de Calais Provence Alpes Côte d'Azur Corse

Consulter les annonces

Séniors : 3 tests pour évaluer son risque de chute

 

Le yoga et le Tai-Chi sont de très bonnes activités pour travailler l'équilibre, selon Jean-François Dumas. - RelaxNews - FatCamera / Istock.com

A l'occasion du salon des seniors qui ouvrira ses portes le 5 avril Porte de Versailles à Paris, Jean-François Dumas, kinésithérapeute en zone rurale auprès de personnes âgées, livre à Relaxnews quelques clés pour évaluer son risque de chute après 65 ans. Le phénomène cause chaque année en France 9.300 décès et 55.000 fractures du col du fémur chez les seniors.

Une fois à la retraite, l'ennemi numéro un à combattre est la sédentarité du fait d'une activité physique en perte de vitesse. C'est à partir de 65 ans que la masse musculaire commence à décroître entraînant un manque de force et de puissance au niveau des muscles qui peut conduire à la chute.

En France, un tiers des personnes de plus de 65 ans et 50% des plus de 80 ans font une ou plusieurs chutes par an. En cas de première chute, le risque de retomber est multiplié par deux, explique Jean-François Dumas, kinésithérapeute qui donnera une conférence sur le thème " Evaluer son risque de chute" lors du salon des seniors qui se tiendra du 5 au 8 avril au Parc des expositions Porte de Versailles à Paris.

Pour éviter de tomber dans la spirale de la dépendance, le praticien conseille de pratiquer trois tests pour identifier son risque de chute et entamer ainsi - si besoin - une prise en charge adaptée.

Le premier test cible l'équilibre : l'objectif est de tenir sur un pied pendant plus de 5 secondes. En cas d'échec, un problème de vue, de douleur à la hanche ou de pied pourra être recherché. Le yoga et le tai Chi sont de très bonnes activités pour travailler l'équilibre, selon Jean-François Dumas. 

Deuxièmement, on effectue le test du "Timed up and go" (TUG) qui consiste à se lever d'un siège, marcher environ 3 mètres puis faire demi-tour pour revenir s'asseoir. Le tout doit se dérouler en moins de 12 secondes. "Si le test n'est pas concluant, on regardera si la personne n'est pas en état de somnolence à cause de ses médicaments, une éventuelle douleur au pied, des problèmes de coordination et le manque de force musculaire", explique le kinésithérapeute. 

Saisir chaque occasion pour bouger

Enfin le risque de chute peut se produire si l'attention est attirée ailleurs. Le grand classique est le cas de figure où la personne âgée se prend les pieds dans le tapis et tombe quand elle va répondre au téléphone, constate le praticien. "Son esprit étant occupé à autre chose, elle ne peut plus se concentrer sur la marche qui demande un effort cognitif".

Ainsi,  le troisième test dit de la "double tâche" va exercer la personne à répondre à une question tout en marchant: réciter les prénoms de ses proches ou prononcer les lettres de l'alphabet en partant de la fin par exemple. 

"Pour rester en forme et éviter de chuter, la règle d'or est de ne pas rester assis plus d'une heure et de bouger dès que possible", martèle le spécialiste.

Faire du jardinage, le ménage, bricoler, aller faire ses courses, marcher, monter des escaliers sont autant d'actions quotidiennes à répéter pour améliorer la mobilité des articulations, la masse musculaire et gérer son équilibre y compris en cas de douleurs type lombalgies.

A l'occasion du salon des seniors qui se tiendra du 5 avril au 8 avril Porte de Versailles à Paris, les visiteurs pourront déambuler dans un appartement prétexte conçu pour limiter le risque de chute. Dans chaque pièce, des ergothérapeutes donneront des conseils d'aménagement et présenteront les nouveautés en terme de mobilier. 

RelaxNews

Copyright© Lemondedesaidants.com | Réalisation 3wcom | Petites annonces gratuites